HôSTiLe - Le Convoi des Serviteurs d'Ankavôs

Forum du clan [HôSTiLe] de Silver-World
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle Ère, Nouveau Souffle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Goldô
Disciple d'Ankavôs
avatar

Messages : 1130
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Nouvelle Ère, Nouveau Souffle   Mer 25 Nov 2009 - 9:21

I – Un convoi remanié.

Trop longtemps , oui, trop long le temps qui a fait oublier les convoyeurs HôSTiLe et les a renvoyé au plus profond des abysses. Pour certains leur âge d'or est vraisemblablement terminé, pour d'autres, ce n'est qu'un mauvais et lointain souvenir ...

La nuit avait été calme, plutôt fraiche. Un brouillard venait s'ajouter au décor d'automne, partie de l'année ou les arbres se mettent alors à dévoiler leur nudité, ou les feuilles se décrochent les unes après les autres et flottent quelques instants dans l'air avant de venir se poser en douceur sur la terre humide. Tout avait l'aspect d'une journée banale, dirions-nous, mais ce jour là le glas annonçait un air enivrant de renouveau, une nouvelle ère, un nouveau souffle.

La Karriguel se faisait alors entendre de part et d'autre des terres, son grincement unique et si prononcé faisait écho à travers les montagnes quant aux chevaux, eux, bien attelés, ils hennissaient leur rage et respirer le grand air. Cette charrette, à l'aspect ringard, avait fait office de quelques réparations et améliorations *.

*{ En effet, compte tenu de l'évolution des terres actuelles et de leurs différents climats, tout en essayant d'optimiser au mieux le voyage des convoyeurs, nous avons été contraint de rajouter quelques équipements dont je vais élaborer la liste.

Tout d'abord, afin de faciliter les déplacements sur les terres enneigées et glacées de Dusso, nous nous sommes doté de quatre roues cloutées permettant l'adhérence sur la glace (sachez que l'an prochain nous participons au trophée "Andros"). En complément, des raquettes et une paire de ski pour les déplacements à pieds.

En ce qui concerne les terres de Sato, où la présence d'une certaine sécheresse peut alors nous faire défaut, nous avons installé une fontaine contenant quelques litres d'eau (de vie), favorable à la survie du groupe.

Pour finir, le point fort de ces améliorations reste tout de même le kit NôZTiLe.
Il a pour but d'accroitre la vitesse de course du convoi sur une courte distance, ce qui améliore les conditions de chasse (attention, femmes enceinte s'abstenir).

Tout cela ajouté à la grande dextérité Hostile à manier les reines, a fait de la Karriguel un engin réputé et craint sur toutes contrées, tout terrains et surtout pour les autres.
}

Les torches allumées éclairaient l'horizon, on pouvait voir apparaître des silhouettes, ils étaient alors encore plus nombreux qu'autrefois, vêtus d'un long manteau en lambeaux, de leur chapeau, et de leur mythique faux au tranchant inversé, ils commencèrent leur progression, bien déterminés, et sur toutes les terres, on pouvait entendre : « Ils reviennent ! ».




II – Chantons en cœur.

La coutume voulait qu'avant chaque départ du convoi, soit chanté ces quelques vers, afin d'unir le groupe qui allait se livrer au combat dont on ne connaissait pas la fin.
Ce chant nous caractérise et nous donne la force nécessaire pour faire face à l'ennemi en toutes circonstances.
C'est alors que les serviteurs, d'une voix vive et juste se mirent à chanter en cœur.

Aujourd'hui le convoi HôSTiLe
Vient distribuer ses coups,
Ami verse-nous à boire
Et la victoire est à nous.
Tripe-z-ieux, remplis mon verre
Le vin fait de bons guerriers
Ankavos notre dieu tutélaire
Arrosera nos lauriers.

Un plat bougre nous menace
La colère est sur son front
Ennemi foutre quelle audace
Veut nous faire la leçon;
A nous de dévoiler notre rage
Nous, le fléau des pervers
Nous, dont le même courage
Se foutrait de l'univers.

Verse donc, cher camarade
De soif tu me fais languir
Verse encore une rasade
Je veux vaincre ou mourir.
J'veux en mettre cent par terre
Et de sang tout inonder.

Peut-être qu'au sein de la gloire
On m'enverra sur l'onde noire,
Content, je perdrai la vie,
J'm'en fous, j'aurais vaincu
Quand on meurt pour ses amis
N'a-t-on pas assez vécu?

De sang et de bière fraiche
voilà de quoi nous vivons
Et pour cette douce liqueur
De nombreux cranes nous dépèceront,
Aussi détesté que craint
Nous n'sommes pas des larbins
rendons notre sentence lame en main
Le cœur léger comme un bout en train.

Tout l'univers nous contemple
Mes frères, frappons-en plus fort.
Au monde, donnons l'exemple,
Aux brigands donnons la mort.
Redoublons tous nos efforts;
Faisons-leur entrer encore
Not'mentalité dans l'corps.

HôSTiLe, nom procurant un goût amer
Nous languis d'vous trouer sur terre comme sur mer
Priez, Ô manants de ne croiser l'infortune
Route du convoi de crainte et d'amertume
Aussi tragique que sombre votre mort sera,
D'un coup tranchant, en veux-tu en voilà;

De Baduk à Sato
On dira que sous nos coups
Des envoyés apeurés
Ont vu de près nos remparts,
Toute la Karriguel réuni
Ayant Ankavos pour messie.

HôSTiLe, scélérat perfide,
Assassins des parricides,
Ambitieux et sanguinaires,
Les convoyeurs sont prêts
Ils embrasseront leurs frères
Mais puniront vos pêchers.
C'en est fait, le convoi gronde
Non, ne nous empestez pas,
Que tous les brigands du monde
Soient à nos pieds tels des RATS.


Ce chant, lorsqu'il était chanté avec le cœur, permettait d'augmenter la puissance de frappe du convoi. *

*{ Un bonus de quinze mile en force et dix mile en agilité est donc attribuer aux guerriers pendant une durée de cinq cent tours (durée estimée afin d'exterminer une ville entière).
En ce qui concerne les mages, chez nous deux femmes (ne riez pas), malgré leur voix fine et aigu ce chant leur permet d'obtenir un bonus de dix mile en intelligence.
Seulement, depuis que nous avons crée ce chant et depuis qu'elles ont pris conscience du bonus apporté, nous rencontrons quelques problèmes au sein de la Nécropole et au quotidien.
En effet, tout au long de la journée elles chantent ce chant ... allez comprendre pourquoi ! Moi j'ai trouvé ...
La prochaine fois on trouvera un compromis : un bonus de cinq mile en cuisine et cinq mile en ménage ne serait pas de refus.
}


III – Derniers vœux d'un Dieu.

Le chant touchait à sa fin, les rires se faisaient éclatant sur chacun des visages puis des regards perçant donnaient l'impression d'un au revoir à jamais, personne ne connaissait le destin des convoyeurs dans leur quête.
Un courant d'air frais traversa la Karriguel, nous connaissions ce que cela signifiait pour le ressentir suffisamment assez à la Nécropole. C'était Ankavos en personne qui allait se manifester devant nous, pour nous faire passer la bonne parole avant de partir sur le front.
On aperçu sa silhouette à travers l'épais brouillard et dans la seconde qui suivit, on entendit sa voix ...

" Mes enfants,
Longue a été votre attente, dur fut votre périple. La foi vous avez toujours gardée, le courage jamais ne vous a abandonné.
Et très satisfait de vous je suis aujourd'hui.
La plus haute des gloire vous toucherez une fois notre destinée accompli.
Depuis trop longtemps enfermé, l'heure est venue pour moi de revenir parmi vous et de plonger ce monde dans la terreur et le chaos.
Marchez vers les portes de lumières, anéantissez toute forme de vie et faites rentrer nos semblable.
Traversez les villes, les terres arides, froides, traversez ce continent ma bannière en main et versez le sang impur de l'inconnu qui viendra à vous tenir tête.
Que ma croix soit maléfice et brule les yeux de tout imprudent y posant le regard.
Que votre hache mutile vos ennemis et les fasse souffrir de mille et une façons.
Avancez, tuez sans pitié, hommes, femmes et enfants, tout les opposants la terreur s'abattant.
Soyez la dernière image encrée dans l'âme de vos ennemis, jubilez de leur agonie, soyez le cauchemar de leur vie.
Tels la tempête, balayez tout être de la surface de notre nouveau monde.
Ne perdez plus votre temps mes enfants, serrez les rangs et a l'aube écrasez nos opposants.
J'ouvre a nouveaux les portes du royaume de la peur car notre heure a sonné, ces êtres vont comprendre la colère d'un dieu du passé.

La mort, le jugement, l'enfer froid, quand l'homme y songe, il doit trembler.
Je n'ai qu'une chose à vous dire désormais, en avant marche.
"

Notre Dieu avait parlé, tel était son souhait, nous devions donc l'exécuter afin de lui faire honneur.
Plus un mot à présent, nous profitons des derniers moments de calme, une dernière bouffée d'air avant une ère nouvelle.


IV – En avant, marche.

Nous étions incontestablement a l'aube d'un renouveau imminent pour les fidèles convoyeur et serviteurs d'Ankavos, mais aussi et surtout pour les villes parsemant les régions et toutes les contrées des terres argentées. Ces terres d'argent, que l'on peut aussi qualifier de terres de sang.

Le convoi était en marche et sa nature belliqueuse se faisait ressentir, des plaines verdâtres de Baduk aux collines abrupts de Sato, le sang coulait de nouveau. Les hostiles furent à l'encontre de toute attente la cause de ces morts qui pour l'heure n'en était qu'au commencement. La nouvelle se rependit comme une trainée de poudre, suivi très rapidement de frissons parcourant chaque être, se remémorant ne serait ce que les couleurs de leurs bannières sanguinaire.

Tous furent surpris de leur retour aussi fracassant qu'improbable car trop souvent fut raillé le nom HôSTiLe,qui reçu grossièrement le qualificatif de « plaisanterie » pour de nombreux parricides, que de paroles dirions nous mais, peu d'actes. Tous ces miséreux allaient bientôt en payer les cranes cassés.
En vue d'une dite « purification des âmes » le convoi décida d'opérer dans la pénombre de la nuit, ceci tout en tachant de donner un avant goût de ce qui pourrait être l'apocalypse pour plusieurs d'entre eux.

La lune était ce soir la d'un rouge à en faire pâlir plus d'un, couleur qu'elle aborde rarement et qui est, pour les adeptes de sorcellerie et de superstitions, signe de mauvais présage.
Les convoyeurs furent certain que donner l'exemple aux habitants de la plus grande agglomération, qui aujourd'hui se trouve à Kédok, pouvait très certainement faire ressurgir cette crainte qui fut trop longtemps oubliée.

Cette nuit là paraissait le moment le plus opportun, moment ou la populace locale s'adonne à la luxure et au besoin d'écluser leur soif dans les tavernes abondantes jonchant tout le long de la ville, moment ou toute la famille est rassemblée pour festoyer, moment ou les commerçants font les comptes de la journée, moment ou le banquier local prépare les lingots à exporter, moment ou le croque-mort est en pleine confection d'un lit individuel sans matelas ou l'on peut trouver le sommeil pour une durée indéterminée, moment ou un ivrogne rentre dans la chapelle pour se confesser d'avoir battu sa femme, moment ou une jeune femme est en train de donner la vie, pendant que le bourreau en retire une ... triste vie, lorsqu'une fleur éclos, une se fane aussi, dur loi de la nature.

Soudain l'air ce fît plus lourd, plus glacial, ceci accentué par l'arrivée de nombreux nuages qui firent leur apparition aussi vite qu'un nain eu le temps de descendre sa choppe, plongeant bicep's city dans l'obscurité la plus totale. Tel fut le moment choisi par les convoyeurs pour accomplir leur desseins des plus lugubres .

Le pas vif et discret, les sens aiguisés, la Karriguel arrêtée et dissimulé au préalable non loin d'une sortie de la ville , les Hostiles pénétrèrent dans la capitale sans pour autant éveiller les soupçons. Leur très ample et interminable manteau dissimulait aisément leur faux à lame inversée, leur couvre chef masquant la totalité du haut de leur crane. Ils avançaient lentement et observer chaque ruelle, chaque taverne, chaque boutique, chaque banque et chacune des habitation, avant de fatalement s'attaquer au peuple jusqu'à en voir la couleur de leur couler le sang, doux liquide plaisant à l'œil et qui devrait satisfaire Ankavos.

L'exploration minutieusement faite l'heure n'était plus aux paroles mais à l'action, d'un bon coup de main chacun dégaina sa faux aiguisée à l'occasion avec quelques résident d'os humain trouvés sur la route du convoi. Chacun avait une zone prédéfinie à l'avance sur laquelle il exercerait la vendetta auquel tous devraient faire un maximum de résultat. En plein silence ils pénétrèrent dans les habitations, fauchant les citadins d'un geste rapide et sans bavure, mirent à feu et à sang les lieux religieux et ou l'on procède aux rituels laissant s'abattre toutes les foudres d'Ankavos.

Le plus difficile fut de faire tomber les quelques guerriers robustes recroquevillés dans les tavernes mais, pour être bien sur de ne laisser aucune chance à ces malheureux, chacun des membres du convoi portait sur lui un petit nombre de fioles violacées, une sorte de protéine leur permettant de développer leur force mais, ceci pour une durée limitée cependant assez suffisante pour venir à bout de tous leur opposants. Quelques heures ont suffi pour plonger la ville dans le chaos le plus total des foules d'habitants éparpillé dans tous les sens voyaient leurs proches partir l'un après l'autre, avant de succomber eux-même.
Une légion de corps jonchait le sol des terres de la capitale, certains miséreux aussi perfides soient-ils osèrent nous demander clémence, mais ce fut trop tard pour espérer ne serait-ce que le pardon divin de la part d'un membre du convoi.

Ce fut une extermination d'une rare violence comme en ont pu témoigner la poignée de survivant qui par miracle ont pu se dissimuler dans les égouts de la ville des heures entières, guettant le départ des convoyeurs avec minutie, tout en entendant les cris agonisants et les pleurs des citadins, parfois de leurs propres lignées, tout cela en sachant qu'ils n'étaient pas de taille pour lutter contre le courroux d'Ankavos lui-même.


V – La vie à la Nécropole, vu d'une femme.

De retour de la chasse, comme d'habitude elle fût bonne. Une série de crâne sont empilés dans mon sac et je rentre à la maison pour les exposer.
Le chemin n'est pas bien long, mais d'une difficulté exaltante, n'importe qui n'arrive pas à la Nécropole !
Un gros mur d'enceinte, des têtes encastrées, une nature inexistante, une absence de couleur terrifiante, hé bien oui c'est ici que nous vivons, nous les Hostiles.

Mage à temps plein, et femme de surcroit, m'y imposer ne fût pas de tout repos. Les tueurs sans cœur, les arracheurs de vies, les pourfendeurs d'âmes, voici quelques surnoms qui leurs sont donnés. Et pourtant, ils sont ma famille, une belle famille.

Seul les personnes pénétrants dans l'enceinte de la Nécropole peuvent comprendre ce que je ressens.
Quand je dis que ce ne fût pas simple, c'est encore un euphémisme de la réalité. Ce club de tueurs, ne voyant la vie que par la force, allait devoir accepter dans leur rang une mage... Mais ce n'était pas vain, je savais qu'une certaine Albichouw y était déjà rentrée et avait réussi à imposer son caractère. C'est ainsi qu'en rejetant au plus profond de moi-même tout esprit féminin, j'ai fais mon entrée sur leur terrain.

Ils ont d'abord tous rigolé, puis voyant que j'étais bel et bien sérieuse, leurs visages ce sont assombris et j'ai compris que les hostilités allaient commencer. Évitant quelques coups, en assommant quelques-uns, ils comprirent que le combat ne m'était pas inconnu et directement le regard qu'ils portaient sur moi changea. Dès cet instant je savais que j'avais marqué un point et ne relâchant pas la bride, je continuai ma progression.

Quelques jours après, dans ce bâtiment lugubre, j'avais ma chambre. Enfin une chambre... quelques modifications furent nécessaire pour que le confort soit de la partie. Bien que jugé inutile par beaucoup de barbares, il restait important pour nous, les femmes.

Beaucoup se demandent comment se déroule une journée dans la Nécropole. En fait c'est assez simple, on fait tout le contraire de ce que représente la civilisation. A part manger peut être...bien que certains aient une manière très personnelle de se rassasier. Sinon, ça boit, ça gueule, ça chante, ça joue, ça re-boit, ça viole, ça tue, ça re-re-boit et ça dort.
Et dans les moments un peu plus intimes de chacun, bien que l'intimité ne soit pas un des fondements de cet endroit, ça entretient le matériel ou ça dort. Vous vous demandez comment on peut tenir dans un endroit pareil ? C'est aussi simple, il suffit juste de faire abstraction de ses principes et imposer ce qu'on désire. Comme dans la jungle, c'est la loi du plus fort. Tu bouffes où tu te fait bouffer. Et j'ai bien évidemment choisis de bouffer. Quand on gueule suffisamment fort, qu'on en frappe quelques-uns, qu'on menace, hé bien ça se calme. Ils deviennent presque dociles. Mot à prendre à la légère car avec ce genre d'individus, un coup d'épée est vite parti et il faut mesurer ses propos. A part ça, la vie y est « agréable », j'ai trouvé mon foyer, particulier je l'admets, mais un foyer quand même.

Le moment le plus apprécié dans la journée, est celui de la chasse. Quand le chef se réveille, très souvent il beugle et entame un chant Hostile. Et la c'est le bordel, un vrai zoo, ça court dans tous les sens, ne pensant plus qu'à une seule chose : « préparer son attelas au plus vite et retourner encore plus vite devant la porte de la Nécropole, fin prêt à défoncer des crânes ».
Et quand finalement tout le monde est la, à l'ouverture de la porte, on pourrait presque sentir l'exaltation de chacun. Des mines réjouies, de larges sourires, des sautillements de joies, un plaisir commun de déferler sur les habitants de ces terres, de semer la peur et le chaos, voilà ce que nous aimons.
Alors craignez-nous et courez, voici les deux seuls conseils que je vous donnerai !

_______________________

† Assassins, fumeurs, ivrognes : Bienvenu chez Nous †
Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle Ère, Nouveau Souffle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle ère, de nouveau visage. Et parmi eux une légende
» Nouvelle journée, nouveau patron, nouvelle vie [Pv Heiji]
» Nouvelle année, nouveau challenge.
» Recensement d'idées pour donner un nouveau souffle au forum
» 06. Nouveau look pour une nouvelle vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HôSTiLe - Le Convoi des Serviteurs d'Ankavôs :: La Nécrôpole HôSTiLe :: Intra-Murôs :: La Bibliothèque-
Sauter vers: