HôSTiLe - Le Convoi des Serviteurs d'Ankavôs

Forum du clan [HôSTiLe] de Silver-World
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En quête de l'Esprit sacré.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Goldô
Disciple d'Ankavôs
avatar

Messages : 1132
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: En quête de l'Esprit sacré.   Jeu 12 Jan 2012 - 20:11

Voici le RP que j'ai présenté à Claudio afin de terminer la quête de la Licorne avec comme récompense, le full ESPRIT.



... je mets le point final, l'encre sèche peu à peu et imprègne le papier, un dernier soupire avant de refermer la couverture de mon livre. Je ressens le sentiment d'avoir terminé quelque chose, et pourtant, j'ai encore à vous narrer et ce qui va suivre est le commencement d'une toute autre histoire...

Hum, attendez quelques instants. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il faut alors remonter quelques semaines auparavant, des semaines précieuses, là ou tout à commencé ...




La Karriguel fonçait droit devant, rien ne pouvait alors arrêter le Convoi qui, lancé à toute allure laissait trainer derrière lui le paysage encore plongé dans une épaisse brume. On ne pouvait entendre que le son des sabots, remarquablement coordonnés, des deux chevaux attelés, le tout accompagné par la douce symphonie du grincement de cette fameuse charrette. L'orchestration était somptueuse.

Cependant, cette magnifique foulée dynamique des Serviteurs d'Ankavôs en déplacement fut complètement anéantie par le simple cri de plusieurs oiseaux. Habituellement, la nature se faisait morte à chaque passage du Convoi, Ankavôs lui même avait le contrôle sur la faune et la flore, mais à croire que quelques coquatrices rebelles s'étaient jouées pour tenter de désorganiser le déplacement du funeste Convoi.

Les cris furent rapidement identifiés par les hommes en noirs qui, avec aisance, bifurquèrent dans leur direction.

Noires ... oui, elles étaient toutes noires. L'arrivée de la Karriguel n'eut, hélas, aucune conséquences, leurs hurlements restaient toujours aussi désagréable et bruyant.
Après observation de l'animal, un élément restait à éclaircir. Sur chacune d'entre elles était accroché un morceau de papier, sur leur patte. Que pouvait-il contenir ?

D'un simple regard, ils avaient compris. Chacun en sélectionna une, le combat était alors lancé.

[...]

Les parchemins réunis, il nous fallait désormais être en mesure de les lire et de les comprendre, un jeu plutôt simple vu le nombre de parchemins à notre disposition, mais à notre plus grand étonnement, ils étaient sensiblement identiques. Le texte, du moins ce qu'il en restait, était le même sur chacun des morceaux. Malheureusement les passages illisibles étaient eux aussi les même, impossible alors de retrouver les mots manquants et donc de donner le moindre sens à ce parchemin.

De retour à la Nécropole, et après une longue nuit de repos, une nouvelle quête se présentait aux HôSTiLe, une quête dont ils ignoraient le commencement mais qui pourtant allait leur donner bien du travail. Tous autour de la table, songeaient. Ce texte n'était pas là pour rien. Il avait un sens et il fallait le trouver au plus vite.
Les jours se suivaient, tout n'était pas encore clair, mais une chose était sûre, il fallait réunir bon nombre d'éléments, qui ensuite déboucheraient sur une éventuelle récompense dont on ignorait la nature, mais qu'importe, une chasse au trésor, de quoi nous occuper pendant un certain temps.
Les grains de sable tombaient les uns après les autres dans l'immense sablier déposé sur la table du conseil. Le temps s'écoulait et les Serviteurs devaient en avoir conscience, car si eux, avaient pu croiser le chemin des coquatrices, d'autres avaient eu cette même chance et étaient peut être bien plus avancés que le Convoi.

Des coraux ... c'était un des indices du parchemin. Habituellement dans l'eau, notre zone de recherche était vaste. La Karriguel traversa chaque territoire, pour ensuite finir sa course sur Sato, là où persévérance fut enfin récompensée, tout prêt d'un ilot, aux abords d'une ville, entre terre et mer. L'endroit était magnifique, la découverte était tout aussi stupéfiante. Nous n'étions pas les seuls, oh que non, bien des groupes avaient posé leur blason sur le sol, drapeau flottant au gré du vent. Les Serviteurs débarquèrent à leur tour, brandissant leur blason, celui d'Ankavos.
Notre venue n'était pas une surprise, le Convoi était, comme souvent, attendu.

Les coraux ... et oui, face à nous la « licorne de corail », elle venait tout juste de faire son apparition qu'on eu à peine le temps de l'admirer. Les coups portés sur les flancs s'accumulaient, elle résistait pourtant bien, mais au vu du nombre d'assaillants, elle toucha terre plus tôt que prévu.
Bien allongée au sol, un individu se jeta le premier pour lui retirer sa corne, une corne de corail d'une beauté rare. Nous, on observait. On avait laissé filer la première, on aurait la suivante.

C'était simple, il fallait être là à chaque apparition et réunir par la suite dix de ces cornes comme le parchemin l'indiquait. Seulement il indiquait aussi d'autres éléments. Un groupe restait en continu sur sur cette île de Sato, pendant que les autres planchaient encore sur ce morceau de papier.

[...]

On en avait déjà trois. Le monopole des coraux était bien orchestré, on avait pas toujours de la chance, mais on était bel et bien présent.
A la Nécropole, l'ambiance était glaciale. La quête avançait, et pourtant, le sentiment d'être encore loin de but se faisait sentir. Pendant ce temps, le sablier continue de couler, et l'impuissance des Serviteurs était visible sur les visages.
Prendre l'air, sortir, marcher étaient des notions qu'ils avaient oubliées depuis déjà plusieurs lunes mais ce jour là, s'en était assez. Ils prirent alors la direction de la ville la plus proche, sur les terres de boudok, située non loin d'une vaste forêt et faisant corps avec un immense labyrinthe. Ils en avaient presque oubliés l'existence des auberges, l'odeur des choppes, l'ambiance festive et la bonne musique. Ils s'installèrent à une table sans prononcer un mot. D'un signe de la main, ils firent signe au serveur qui rappliqua sur le champ. La commande arriva sur la table et dans la foulée, le serveur s'en aller chercher la petite sœur ... décidément, ils n'avaient pas oubliés les bonnes manières. Après quelques tournées, les têtes sur la table, place au ronflement.

[zZz]

L'auberge se vidait, puis se remplissait, mais les Serviteurs, eux, toujours avachis, dormaient bel et bien. Un groupe de chasseurs avaient pris place sur leur gauche, sur une des tables. Les premières minutes de leur discussion ne furent guère intéressante, mais après avoir ingurgité plusieurs verres, leur voix se faisait de plus en plus forte, et le Convoi ne dormait plus que d'un œil. Sans dire un mot, les oreilles étaient tendues.

« ... un oiseau aux milles couleurs, j'en avais jamais vu. Son plumage émeraude devait valoir une fortune, hélas ils n'apparait que très rarement ... Je connais son endroit et je sais quand apparaîtra-il, suivez-moi je vais vous le montrer. »

Une découverte étrange. Le Convoi connaissait ces terres mieux qui quiconque, et un tel oiseau n'avait jamais été observé sur Boudok. Les chasseurs avaient pris la route en direction de la forêt, la Karriguel à leur poursuite tout en restant à l'écart pour ne pas se faire remarquer.

Sur zone, le spécimen était là. Perché sur une branche avec, comme décrit, un plumage exceptionnel. Là voici la clé du mystère, l'indice si difficile à déchiffrer. Il nous fallait, par déduction, récupérer plusieurs plumes, des plumes émeraudes. Dés l'arrivée de la Karriguel, les chasseurs avaient bien compris, ils prirent immédiatement la fuite. Contrairement à la fameuse licorne de corail, cet oiseau n'eut pas le temps de faire de la résistance. Plusieurs plumes furent arrachées du cadavre, seules deux ferraient l'affaire.

[...]

Et de dix, enfin. Les dix cornes de corail réunis. La clé des dix avait formée le tout. Avec patience et persévérance, le Convoi pouvait résoudre le mystère qui s'était dessiné tout au long de ces recherches. Un parchemin, des plumes d'émeraudes, dix cornes de corail, tels étaient les éléments nécessaire à l'accomplissement de la quête, mais par quel moyen pouvait-on mettre un terme à tout cela, quelle en était la finalité ? Il fallait reprendre au début, reprendre ce morceau de papier qui avait poussé la réflexion à son apogée.

L'appel aux Dieux ... une notion peu commune pour les Serviteurs d'Ankavos. Comment peut-on faire appel à des Dieux lorsqu'on en possède un seul et unique. Ankavos fait-il parti des Dieux en question ici ? Si ce n'est Ankavos, alors qui sont-ils ?

Autour de la grande table, le grand conseil était réunit. Le grand conseil HôSTiLe c'était une réunion qui devait aborder et traiter un sujet précis, soit sur un membre incertain, soit pour les grandes batailles ou bien pour résoudre les mystères, dont seule la voix d'Ankavos en était la clé.
Face à nous, le grand fauteuil d'Ankavos, marqué de la croix était vide, mais nous savions qu'il était pourtant bien présent, toujours à observer, toujours à nous protéger.

Après quelques minutes de recueil en silence, ils reprirent tous d'un seul corps :

Ô Ankavos, le Convoi implore ta lumière,
Puisse t-elle nous rendre encore plus fort,
Nous louons ton nom à jamais,
Et combattrons pour tes idéaux,
Que ta miséricorde se répande sur nous,
Selon l'espérance que nous avons mise en toi,
Car c'est en se donnant qu'on reçoit,
C'est en s'oubliant qu'on se retrouve,
C'est en pardonnant qu'on est pardonné,
C'est en mourant qu'on ressuscite.
Toi qui porte la croix comme on porte la tête haute,
Donne nous le savoir et la force d'y croire,
Pour rependre la mort et remplir notre devoir.

[...]




... pour la suite, il faudra attendre encore un peu. Les Serviteurs avaient fait appel à leur Dieu et ce
qui suit est, encore une fois, une toute autre histoire.

_______________________

† Assassins, fumeurs, ivrognes : Bienvenu chez Nous †
Revenir en haut Aller en bas
 
En quête de l'Esprit sacré.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Les 4 sacrés du ciel
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HôSTiLe - Le Convoi des Serviteurs d'Ankavôs :: La Nécrôpole HôSTiLe :: Intra-Murôs :: La Bibliothèque-
Sauter vers: